Dropshipping : 9 choix cruciaux pour votre business en ligne

dropshipping-choix-cruciaux

Le quotidien d’un entrepreneur est rythmé par des choix, des prises de décision et des arbitrages. Les dropshippers n’y échappent pas : si vous avez décidé de créer votre business en livraison directe, vous devrez régulièrement trancher, décider, choisir. Mais si chaque projet de dropshipping soulève ses questions spécifiques, certains choix se présentent à tous les dropshippers sans exception.

Sur DROPSHIPFRANCE, nous n’avons pas la prétention de connaître les bonnes réponses : le meilleur choix dépendra souvent de votre projet et de ses spécificités, mais aussi de votre profil et des ressources dont vous disposez. Nous pouvons, en revanche, vous aider à anticiper les prises de décision auxquelles vous serez nécessairement confronté à un moment ou un autre. Voici les 9 choix cruciaux que vous devrez faire pour votre boutique en dropshipping.

Choix n° 1 : quel produit vendre ?

Il s’agit bien souvent de la première question que se posent les dropshippers, et à juste titre. Le produit ou la catégorie de produits que vous mettrez en vente sur votre boutique en ligne doit remplir un certain nombre de critères pour vous garantir un chiffre d’affaires confortable et des perspectives de développement intéressantes.

Pour bien choisir votre produit en dropshipping, vous devrez donc vous assurer de :

  • L’intérêt qu’il suscite chez les consommateurs ou un segment de consommateurs ;
  • La rareté des offres actuelles sur le marché visé ;
  • La marge commerciale que le produit vous permettra de réaliser.

Pour résumer, un produit winner en dropshipping est à la fois attrayant, original et/ou rare, et peu cher à l’achat initial. Simple, non ?

Et bien, pas tellement. Vous trouverez certainement de nombreux produits qui répondront à l’un ou deux de ces critères. Ceux qui réunissent les trois sont, en revanche, plus difficiles à identifier.

Prenez donc tout le temps qu’il vous faudra pour opérer ce choix crucial : il s’agira probablement de la décision la plus importante de votre carrière de dropshipper.

Choix n° 2 : boutique mono-produit ou shop multi-produits ?

Cette question est intimement liée au choix précédent, et vous vous la poserez souvent en vous mettant à la recherche de votre produit winner. Faut-il se concentrer sur un produit unique ou diversifier votre catalogue e-commerce ?

Nous le répéterons à plusieurs reprises dans cet article (vous voilà averti !), il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à cette question. Les deux options comportent leurs lots d’avantages et d’inconvénients, que vous devrez examiner avec attention pour faire le choix le plus rentable.

Boutique mono-produit : avantages et inconvénients

Les avantages d’une boutique en ligne mono-produit tombent sous le sens. En vous focalisant sur un produit unique, vous pourrez concentrer l’ensemble de vos efforts et de vos investissements sur une seule offre. Vous éviterez ainsi de disperser votre concentration, votre temps et votre argent. Par ailleurs, les boutiques mono-produit peuvent s’avérer rassurantes pour les consommateurs : ce type de shop vous permet de créer un parcours de vente unique et sur-optimisé.

Les boutiques mono-produit présentent également des inconvénients. Si vous choisissez mal votre produit, vous ne disposerez d’aucun plan B pour redresser la barre : votre temps et vos investissements seront définitivement perdus.

La boutique mono-produit peut donc constituer une solution avantageuse si vous vous lancez pour la première fois dans le dropshipping, et que vous disposez d’un budget restreint. Veillez à bien étudier votre marché si vous optez pour cette solution : avec le shop mono-produit, ça passe ou ça casse !

Boutique multi-produits : avantages et inconvénients

Les boutiques multi-produits sont plus difficiles à administrer que les shops mono-produit : vous devez constituer un catalogue attrayant et cohérent, gérer le suivi de plusieurs offres à la fois et parfois faire appel à plusieurs fournisseurs différents. Ce type de boutique vous fait prendre le risque de disperser vos efforts en vain, et vous demandera des investissements financiers plus importants qu’une boutique mono-produit.

En revanche, la boutique multi-produits présente également des atouts non négligeables. En vous permettant de diversifier votre offre commerciale, ce type de shop réduit le risque auquel vous vous exposez en vous lançant. Vous multipliez vos chances de séduire de nouveaux clients, mais aussi de fidéliser vos clients actuels. Enfin, une boutique multi-produits vous permet de tester différentes offres, puis de vous concentrer sur les best-sellers pour développer votre chiffre d’affaires.

Plus adaptée aux dropshippers expérimentés, la boutique multi-produits pourra également vous permettre de tester votre projet e-commerce avant de vous tourner vers la boutique mono-produit. Attention, toutefois, à bien appréhender les investissements nécessaires au lancement d’une telle boutique.

Choix n° 3 : comment créer votre boutique en ligne ?

Les décisions que vous devrez prendre pour faire prospérer votre business en dropshipping ne seront pas seulement stratégiques, comme le choix du produit à vendre ou de la stratégie de contenu à mettre en oeuvre. Vous devrez également prendre des décisions opérationnelles, à commencer par la solution technique que vous retiendrez pour créer votre boutique en ligne. Or, trois options principales s’offrent à vous pour y parvenir.

Option n° 1 : le CMS généraliste

Vous créez vous-même votre boutique en ligne avec un CMS (content management system) généraliste comme WordPress. Cette solution vous offrira une grande flexibilité, en plus d’être la moins coûteuse. En revanche, elle exigera une plus grande implication de votre part : vous devrez vous-même mettre en place un système de vente et de livraison, bien que les nombreux plugins WordPress vous facilitent grandement la tâche.

Option n° 2 : le CMS spécialisé e-commerce

Vous créez vous-même votre boutique en ligne avec un CMS spécialisé comme Shopify ou PrestaShop. Dans ce cas de figure, la création de votre site e-commerce est guidée : votre CMS intègre automatiquement un système de vente en ligne et de livraison. Son interface est spécialement conçue pour le commerce en ligne, et facilite le suivi du trafic, mais aussi des ventes et de la promotion. Cette solution vous coûtera un peu plus cher qu’un CMS généraliste comme WordPress, mais beaucoup moins cher que les services d’une agence spécialisée. Il peut donc s’agir d’un compromis intéressant si vous vous sentez capable de prendre en charge la personnalisation de votre site web et que vous disposez d’un budget modeste.

Option n° 3 : la création de site e-commerce sur mesure

Vous confiez la création de votre boutique en ligne à une agence web. Cette solution vous coûtera évidemment plus cher que les deux solutions précédentes, mais elle vous permettra d’obtenir un site e-commerce complet et de qualité sans vous demander le moindre effort. En revanche, vous gagnerez à vous impliquer dans le processus de création si vous souhaitez comprendre comment votre site fonctionne, puis l’administrer vous-même. Vous devrez également veiller à bien préciser vos exigences par le biais d’un cahier des charges exhaustif, clair et cohérent.

Choix n° 4 : référencement naturel ou réseaux sociaux ?

Ou, pour reformuler la question autrement, quels canaux de promotion privilégier pour améliorer la visibilité de votre boutique en ligne ?

Là encore, difficile d’apporter une réponse ferme et définitive. Plusieurs facteurs devront être pris en compte, comme votre connaissance des différents canaux de promotion ou encore le budget dont vous disposez.

D’une façon générale, vous devrez toujours garder à l’esprit que Facebook ou le référencement sur Google ne sont que des outils à votre disposition. Pas des stratégies à part entière.

En matière de promotion, placer tous vos oeufs dans le même panier peut donc s’avérer risqué. À l’inverse, multiplier les canaux de promotion de façon inconsidérée peut aussi devenir tout à fait contreproductif. Le risque de dispersion peut vous faire perdre du temps et de l’argent. Vous voilà bien avancé, n’est-ce pas ?

Promotion : comment prendre les bonnes décisions ?

Pour faire les bons choix en matière de promotion, vous devrez tenir compte de trois facteurs : le coût, le retour sur investissement potentiel et le temps.

Si vous ne connaissez rien à la publicité sur Facebook et que la création d’une seule annonce vous demande plusieurs heures, sans compter les centaines ou milliers d’euros à débourser pour acheter votre espace publicitaire, passez votre chemin. Certes, des recherches ou une formation pourraient bien vous aider à progresser. Mais le temps et l’argent que vous investirez alors seront autant de temps et d’argent que vous n’investirez pas dans votre projet de dropshipping.

Commencez donc par ce que vous connaissez le mieux, et ce qui vous intéresse le plus. Vous êtes particulièrement à l’aise avec Facebook ? Commencez à promouvoir votre boutique gratuitement, à l’aide de posts et de commentaires. Prenez le temps de progresser. Attendez d’être à l’aise avant d’investir.

Les réseaux sociaux vous donnent des sueurs froides, et vous préférez la longueur d’un article de blog à la brièveté d’un tweet ? Concentrez-vous plutôt sur le référencement naturel et le marketing de contenu (ou content marketing).

La promotion de votre boutique en ligne ne vous intéresse pas des masses ? Privilégiez la diffusion d’annonces payantes sur les moteurs de recherche (SEA). En choisissant bien les mots-clés sur lesquels vous décidez de faire votre publicité, vous pourrez promouvoir votre site e-commerce à moindre coût et sans investir beaucoup de temps.

Choix n° 4 : promotion payante ou promotion gratuite ?

Tout dépend du budget dont vous disposez pour lancer votre projet de dropshipping. Vous gagnerez toutefois à vous poser cette question en amont du lancement. La promotion de votre boutique n’est pas le seul volet qui nécessitera des investissements, et vous devrez vous assurer de bien répartir votre argent entre les différents aspects de votre projet.

Commencez donc par promouvoir votre boutique en ligne par le biais de supports gratuits. Sur le web, ces supports de promotion gratuits sont nombreux. Les réseaux sociaux, les moteurs de recherche ou les annuaires comme DROPSHIPFRANCE sont autant d’espaces sur lesquels vous pourrez faire apparaître votre site sans dépenser le moindre euro.

Effectuez des tests. Identifiez les canaux de promotion gratuits qui fonctionnent le mieux pour votre boutique. Puis investissez principalement dans ces canaux de promotion, qu’il s’agisse des réseaux sociaux ou du référencement.

Choix n° 5 : référencement payant ou référencement naturel ?

Les deux ! Vous l’aurez remarqué, les options qui s’offrent à vous sont souvent complémentaires sur le plan du marketing. Et le référencement n’y coupe pas. SEO (search engine optimisation) et SEA (search engine advertisement) peuvent créer une synergie utile et efficace pour améliorer la visibilité de votre boutique en ligne.

Attention, toutefois, à ne pas vous lancer dans la diffusion d’annonces payantes à tout va sur Google. Commencez donc par le référencement gratuit. Quelles sont les actions que vous pouvez mettre en place pour assurer le bon positionnement « naturel » de votre site web ? Quels sont les mots-clés principaux et secondaires sur lesquels vous gagnerez à vous positionner ? Quelle stratégie de contenu pourra vous aider à vous démarquer de la concurrence, aux yeux des moteurs de recherche comme des internautes ?

Une fois votre stratégie de référencement naturel mise en oeuvre, vous pourrez éventuellement vous tourner vers le référencement payant. Vous aurez alors besoin de la régie Google Ads, qu’il vous faudra bien étudier avant de vous lancer. Prenez également le temps de préparer vos campagnes de référencement payant en amont. Le choix des mots-clés les plus avantageux, les plus pertinents pour votre cible conditionnera les performances de vos annonces payantes.

Choix n° 6 : livraison gratuite ou livraison payante ?

Qui a dit que le dropshipping vous éviterait de penser à la logistique ? Bien que ce système simplifie nettement la question de la livraison, vous devrez toutefois opérer des choix dans ce domaine aussi. Et au-delà du choix des modes de livraison, c’est sur le prix des expéditions que vous devrez vous pencher. Devez-vous les offrir à vos clients ou leur en faire cadeau ?

Livraison offerte vs. livraison payante : atouts et inconvénients

Étudions les deux cas de figure en profondeur. Lorsque vous offrez la livraison à vos clients, vous mettez en avant un argument de vente largement apprécié par les internautes. Toutefois, en cas de coût de livraison trop important, vous serez obligé de répercuter ce coût sur le prix de vos produits, ce qui pourra contrebalancer l’argument concurrentiel de la livraison gratuite.

Lorsque vous facturez la livraison de vos produits à vos clients, vous jouez la carte de la transparence. Vous vendez vos produits au prix juste, et vous êtes en mesure de proposer plusieurs options de livraison à différents prix. Si vous faites payer ce service, en revanche, vous devrez vous assurer de respecter toutes les modalités de livraison affichées sur votre boutique en ligne. Dans le cas contraire, vous verrez les consommateurs vous échapper peu à peu.

Vous l’aurez compris, les deux options comportent, là encore, leurs lots d’avantages et d’inconvénients. À vous de vous adapter aux spécificités de votre secteur, aux attentes et aux moyens de vos clients potentiels.

Choix n° 7 : marque blanche ou marque tierce ?

L’un des inconvénients du dropshipping tient à la difficulté à créer une image de marque forte et cohérente. En effet, ce système vous fait vendre des produits que vous n’avez pas conçus. Vous devez vous imposer avec des marques tierces qui existent déjà sur votre marché. Dans ce contexte, comment vous démarquer de dizaines de concurrents susceptibles de vendre les mêmes articles que vous ?

Si vous souhaitez personnaliser votre boutique et garder la main sur son identité, la marque blanche pourra répondre à vos besoins. Certaines marques acceptent en effet de vendre des produits neutres, « blancs », que vous pourrez façonner à votre image. Les produits restent les mêmes. Il vous revient alors de concevoir une marque et tout un univers pour votre gamme de produits en marque blanche.

La marque blanche peut constituer une solution efficace si vous vous lancez sur un marché ultra-concurrentiel ou que vous avez déjà planché sur l’image de marque de votre boutique. Si, en revanche, le branding n’est pas votre fort, vous gagnerez à vous en tenir aux marques tierces, à condition de choisir les bons fournisseurs pour votre activité de dropshipping.

Choix n° 8 : investir ou encaisser ?

Lorsque votre business de dropshipping commencera à générer des ventes, une question se posera nécessairement à vous. Devez-vous réinvestir les bénéfices réalisés dans votre boutique ou bien les encaisser pour vous récompenser ?

Tout dépend de vos objectifs et de vos projets. Vous avez l’intention de créer des boutiques en one shot pour réaliser des bénéfices rapides avant de passer au prochain projet ? Inutile de réinvestir dans une boutique qui fonctionne déjà.

Si, en revanche, vous souhaitez développer votre boutique actuelle et vous consacrer pleinement à sa gestion, vous devrez rapidement investir. Oui, mais dans quoi ? De nouvelles fonctionnalités, un graphisme de qualité ou encore des supports de promotion pour obtenir les résultats souhaités.

Enfin, n’oubliez pas d’étudier le retour sur investissement potentiel pour chaque placement que vous effectuerez. N’investissez pas l’intégralité de vos bénéfices dans un seul support de communication ou de promotion, ou une seule campagne. Certains dropshippers se sont effondrés après avoir investi des milliers d’euros dans une seule campagne inefficace, malgré un premier succès. Ne commettez surtout pas la même erreur !

Choix n° 9 : formation ou improvisation ?

Si vous avez effectué des recherches sur le dropshipping, vous êtes certainement tombé sur des offres de formation ultra-complètes. Vous savez, celles qui vous garantissent des résultats effarants en quelques jours seulement. Les 10k/mois dès le premier mois, c’est pour vous !

Si vous envisagez de payer plusieurs centaines ou milliers d’euros dans ce type de formation, un seul conseil : fuyez !

Des captures d’écran de chiffre d’affaires et des promesses de vente fumeuses ne vous garantissent pas les résultats annoncés. Ni même la qualité de la formation.

Si vous tenez absolument à vous former, prenez le temps de vous renseigner : quelle est l’expérience du formateur ? Quels sont ses accomplissements, et en quoi est-il légitime pour vous former ? Pouvez-vous visiter ses boutiques en ligne ? Une formation non diplomante, non officielle peut-elle (ou doit-elle) réellement vous coûter 3 000 euros ? Pensez à vous poser les bonnes questions avant d’acheter une formation en ligne.

Formation en ligne : quelles alternatives ?

Et si vos moyens ou votre bon sens vous empêchent de vous tourner vers ce type de solution, pas question non plus d’improviser. Le web regorge de ressources gratuites, de conseils et de leçons de grande qualité : il suffit de bien les chercher, vous ne manquerez pas de les trouver. La bibliothèque de votre quartier compte certainement de nombreux livres sur le marketing, l’entrepreneuriat ou la programmation web. N’hésitez pas à y faire un tour.

Essayez de progresser un peu chaque jour, d’apprendre au quotidien. Intéressez-vous au référencement naturel et au marketing, à la rédaction web, au graphisme ou encore au développement, selon vos goûts et vos envies personnelles. Les connaissances engrangées se révèleront toujours utiles pour l’administration et l’optimisation de votre boutique en ligne.

Bonus : baisser les bras ou persévérer ?

Vous connaissez déjà la réponse, n’est-ce pas ? Laissez-nous vous la répéter encore une fois, juste au cas où. Vous avez passé des heures à préparer votre projet, à le peaufiner et à le ciseler comme un orfèvre. C’est évident : vous y avez cru, pour y consacrer des heures et peut-être même une partie de vos économies personnelles. Vous avez pris le temps de choisir et de trouver le bon produit, vous avez déjà pris des décisions stratégiques et vous avez sûrement déjà créé votre boutique en ligne. Elle ne vend pas ?

Ne baissez surtout pas les bras.

Vous pensiez avoir fait le plus dur quand vous avez créé votre catalogue, votre tunnel de vente ou votre première campagne de promotion sur Facebook ? Vous vous êtes trompé. Le plus dur, c’est maintenant. Le plus dur, c’est disposer d’une boutique fonctionnelle et de produits dont vous avez compris le potentiel, sans réaliser la moindre vente.

N’abandonnez pas.

Respirez, prenez l’air. Travaillez. Réétudiez votre marché. Testez de nouveaux canaux de promotion. Contactez un dropshipper que vous admirez, un blogueur expérimenté, un groupe d’e-commerçants sur les réseaux sociaux pour demander des conseils. Analysez vos résultats, ajustez-vous. Mais ne baissez surtout pas les bras. Laissez le temps à votre projet de prendre forme, et de rencontrer sa cible. Laissez-lui plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années. Inutile d’investir des sommes folles dans un projet qui ne vous rapporte rien : investissez intelligemment, de façon modeste, pour tester différentes solutions et identifier celles qui fonctionnent pour votre boutique.

Mais ne baissez surtout pas les bras.

Dropshipping : 9 choix cruciaux pour votre business en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Tweetez
Partagez
Partagez