Dropshipping : ces 19 erreurs mortelles couleront votre business en ligne

By | 22 juillet 2019
les-dangers-du-dropshipping

Si vous avez pris la décision de vous lancer dans le dropshipping, c’est que les avantages de ce business model ont su vous séduire. Mais qu’en est-il des pièges et des obstacles qui vous guettent sur le chemin du succès ? Non, la vie d’un commerçant dropshipper n’est pas un long fleuve tranquille. La réussite de votre activité commerciale en ligne exige une attention de tous les instants. Et aux erreurs classiques du e-commerce s’ajoutent les problématiques spécifiques du dropshipping : découvrez-les dans cet article pour les anticiper dès l’élaboration de votre projet.

Erreur n° 1 : vous passer d’une étude de marché pertinente

Lorsque vous entendez parler d’étude de marché, les poils se hérissent sur vos bras et vous imaginez tout de suite une prestation coûteuse, ainsi qu’un rapport bourré de chiffres auxquels vous ne comprenez pas grand chose ? Dans ce cas, il n’est pas étonnant que vous ayez envie de vous passer d’une telle étude.

Pourtant, l’étude de marché constitue le pilier fondamental de toute activité commerciale.

Elle ne consiste pas seulement à collecter des chiffres et des données sur votre marché. Elle doit simplement vous permettre d’apprendre à connaître vos clients potentiels et le futur environnement de votre activité.

Vous n’avez pas les moyens de confier sa réalisation à un cabinet spécialisé ? Collectez vous-même les informations dont vous avez besoin. Consultez les réseaux sociaux et les forums en ligne, informez-vous sur votre marché avec les dossiers complets de l’Insee ou du ministère de l’économie (les rapports des chambres de commerce et d’industrie sont aussi très fiables). Créez vos propres sondages en ligne gratuits pour sonder votre cible et diffusez-les sur vos réseaux sociaux personnels.

Bref, pensez à prendre la température sur votre marché et auprès de votre cible marketing avant de vous lancer. Ces informations vous permettront de concevoir une stratégie cohérente et efficace, mais aussi de l’ajuster en cas de ventes en berne.

Erreur n° 2 : méconnaître vos clients potentiels

Cette erreur fréquente découle bien souvent de la première : lorsque vous ne prenez pas le temps de réaliser une étude de marché, mais aussi de la mettre à jour le plus régulièrement possible, vous risquez de vous déconnecter de votre clientèle. Et que se passe-t-il dans ce cas de figure ?

Au mieux, vous perdrez des clients fidèles parce que votre offre n’est plus adaptée à leurs attentes. Au pire, votre activité de dropshipping coulera complètement face à l’apparition de nouveaux concurrents qui auront, eux, pris le temps de connaître votre cible et de lui proposer une offre bien plus intéressante que la vôtre.

La réalisation d’une étude de marché ne suffit pas pour réussir en dropshipping. Vous devez constamment vous interroger sur les besoins, les goûts, les peurs et les problèmes, le comportement de votre cible. Les réponses à ces interrogations vous permettront d’affiner votre avantage concurrentiel et de vous démarquer sur votre marché.

Erreur n° 3 : vous lancer dans le dropshipping sans plan d’action

Le fonctionnement du dropshipping peut paraître simple au premier abord. Trop simple ? De nombreux entrepreneurs choisissent de lancer une boutique en ligne sur un coup de tête, sans réfléchir aux aspects commerciaux, logistiques et marketing de leur projet.

Pourtant, le dropshipping exige, comme n’importe quel autre type de business, un solide plan d’action pour vous permettre de générer des revenus.

Vous devrez donc prendre le temps de concevoir une offre exclusive et attirante, un plan de communication et un plan marketing, un business plan et une procédure de suivi des performances avant de vous lancer.

Inutile de consacrer des mois de préparation à votre projet e-commerce : contentez-vous d’en tracer les grandes lignes en amont, que vous pourrez affiner au fur et à mesure de la construction de votre boutique en ligne.

Erreur n° 4 : oublier de travailler votre offre

Non, les produits d’une boutique en ligne ne se vendent pas en un claquement de doigts, même en dropshipping. Pour créer une activité e-commerce rentable, vous devez penser à concevoir une offre attrayante, dont les avantages ne se retrouvent pas chez vos concurrents.

Ces avantages concurrentiels peuvent être liés aux délais de livraison, à l’exclusivité de vos produits ou encore à la valeur ajoutée de votre blog. Et quelle que soit la stratégie retenue, c’est autour de ces atouts que vous devrez axer vos efforts de communication.

Pensez donc à concevoir votre offre et à la formaliser en quelques mots, avant de passer au plan marketing de votre boutique en ligne. N’oubliez pas de la rendre urgente et exclusive pour susciter la curiosité et déclencher des ventes.

Votre offre et votre connaissance du client sont vos meilleures armes commerciales, ne l’oubliez jamais.

Erreur n° 5 : investir dans votre projet dropshipping sans le tester

La création d’une boutique en dropshipping s’avère moins chère qu’un site e-commerce traditionnel, c’est d’ailleurs l’un des principaux avantages de ce système de livraison. Elle nécessite toutefois un investissement minimum, pour l’achat de votre solution d’hébergement et/ou de votre CMS (content management system) par exemple.

Toutefois, vous devrez veiller à ne pas trop investir dans un projet qui n’a pas encore fait ses preuves. Même l’étude de marché la plus optimiste ne vous garantit pas le succès en ligne. Vous gagnerez donc à tester votre projet e-commerce avant d’investir dans un design sophistiqué pour votre site ou bien dans des campagnes marketing au long cours sur les réseaux sociaux.

Votre projet prend forme et génère déjà des ventes après quelques semaines, ou quelques mois ? Réinvestissez une partie de vos revenus, en pensant à prioriser vos dépenses en faveur de votre clientèle.

Pour investir intelligemment dans votre projet dropshipping, une seule question doit vous guider : quelles sont les actions qui peuvent améliorer l’expérience de mes clients sur ma boutique en ligne ?

Erreur n° 6 : expédier la création de votre boutique en ligne

De nombreux CMS, comme WordPress et Shopify, vous offrent la possibilité de créer et de configurer un site e-commerce en moins d’une heure. Ces solutions sont accessibles aux non initiés, et s’avèrent particulièrement faciles à prendre en main, quelles que soient vos connaissances en programmation web ou en design.

Toutefois, vous devez toujours garder en tête l’importance d’un site bien fait.

Pour vendre, votre boutique en ligne doit présenter tous les signes d’une création professionnelle : votre arborescence doit être bien pensée, tout comme vos contenus et vos fonctionnalités. Votre tunnel d’achat doit être sans couture, pour permettre aux internautes d’acheter vos produits en toute sérénité. Vous devez veiller à lever les freins à l’achat sur chaque page, à chaque ligne de texte de votre site web.

Même si vous n’investissez pas dans les services d’une agence web pour créer votre boutique en ligne, prenez donc le temps de peaufiner votre site.

Renseignez-vous sur les blogs et les forums spécialisés, consultez des ouvrages dédiés au CMS que vous utilisez, contactez des spécialistes du secteur en cas de question. Les bénéfices générés par votre boutique en ligne dépendent directement de sa qualité technique.

Erreur n° 7 : regarder vos produits de (très) loin

Certains blogueurs vous recommandent de choisir vos produits en fonction de vos goûts personnels. Leur philosophie : on ne vend bien que ce que l’on apprécie soi-même.

D’autres vous diront plutôt de choisir une niche inexploitée, quelle que soit la catégorie de produits à vendre. Leur mentalité : les produits que vous aimez ne vous seront d’aucun secours si votre marché est trop encombré.

Chez DROPSHIPFRANCE, nous pensons que ces deux philosophies ne doivent pas s’opposer, mais plutôt se compléter.

Vous gagnerez évidemment à vous lancer sur une niche vierge de toute concurrence, mais il vous sera difficile de vendre des produits que vous n’aimez pas ou, pire encore, que vous ne connaissez pas du tout.

Vous avez identifié une niche attractive et potentiellement rentable, mais vous ne disposez d’aucune connaissance spécifique dans ce domaine ? Pensez à vous renseigner sur ce marché en amont. Vous vous éviterez bien des désillusions par la suite.

Erreur n° 8 : négliger votre image de marque

Quelle que soit la nature de votre activité en dropshipping, l’image de marque joue un rôle essentiel dans votre réussite.

Vous en passer reviendrait à vendre des produits dans un emballage vierge, blanc et banal. Croyez-vous que les consommateurs préféreraient cet emballage neutre et terne aux produits colorés ou originaux de vos concurrents ?

Pensez à travailler votre image de marque en amont, mais aussi tout au long de votre projet. Elle se transformera rapidement en avantage concurrentiel et en levier de performance commerciale si vous la soignez en permanence.

Erreur n° 9 : ignorer le volet logistique de votre projet

Le dropshipping simplifie largement la gestion logistique de votre commerce en ligne : c’est un fait et, la plupart du temps, un incroyable atout.

En déléguant la livraison de vos produits à vos fournisseurs, vous gagnez effectivement un temps précieux, mais faut-il pour autant oublier de préparer et de formaliser l’aspect logistique de votre activité ?

Non, évidemment, et c’est là un piège mortel en dropshipping. En faisant complètement l’impasse sur la logistique, vous risquez d’assurer un service client médiocre et fatal pour votre e-commerce.

Pensez à vous renseigner sur les options et les délais de livraison proposés par vos fournisseurs. Prenez le temps de les comparer et de les tester. Ce travail préliminaire vous aidera à fournir des informations essentielles à vos clients, mais aussi à mieux vous organiser.

Erreur n° 10 : négliger le capital confiance de votre boutique en ligne

Dans le domaine du dropshipping et, plus largement, du commerce en ligne, la notion de confiance est absolument fondamentale. Un achat en ligne paraît toujours plus risqué qu’un achat en boutique physique aux yeux de vos clients.

Vous devez donc tout mettre en oeuvre pour rassurer les internautes, depuis votre page d’accueil jusqu’à la confirmation d’achat.

Veillez donc à montrer patte blanche avec des mentions légales en règle, un service client disponible et des avis clients authentiques. Rendez les informations relatives à la livraison (coût et délais) facilement accessibles.

La confiance de vos clients fait partie des pierres angulaires de votre activité e-commerce, soignez-la autant que faire se peut.

Erreur n° 11 : entretenir le mystère autour de la livraison

Lorsqu’un internaute effectue un achat en ligne, plusieurs facteurs entrent en compte. Or, le coût et le délai de la livraison font partie des facteurs d’achat les plus importants sur internet.

Une livraison express ou des frais d’envoi offerts peuvent devenir de sérieux arguments de vente, à condition de pouvoir respecter vos engagements.

D’une façon générale, vous devrez respecter deux principes simples pour satisfaire vos clients sur le plan de la livraison :

  • Ne promettez que ce que vous pouvez réellement réaliser ;
  • Informez les internautes sur les modalités réelles de livraison, de la façon la plus exhaustive et visible qui soit.

Pour résumer, soyez sincère et transparent lorsqu’il s’agit de livraison sur un site e-commerce.

Erreur n° 12 : manquer de réactivité et de disponibilité

Si vous avez déjà patienté plus de cinq minutes au comptoir d’une boutique en attendant qu’un vendeur daigne se montrer, vous savez déjà pourquoi vous devez vous montrer extrêmement réactif dans le cadre d’un commerce en ligne.

Et c’est bien, là encore, une question de confiance. En cas de problème ou de question, votre clientèle doit pouvoir se tourner vers un service client disponible et fiable, même si vous devez l’assurer seul dans un premier temps.

Ignorez les appels et les mails de vos clients, et vous verrez votre boutique en ligne couler en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Pour aller plus loin sur la notion de service client (et profiter d’une lecture agréable et instructive) : Service compris 2.0, Philippe Bloch, éditions Ventana (2011)

Erreur n° 13 : faire l’impasse sur la fidélisation

Certes, la réussite de votre business en ligne repose d’abord sur votre capacité à séduire et à convertir de nouveaux clients. Mais que faites-vous de ces clients une fois qu’ils ont réalisé leur premier achat sur votre site ?

Seul un véritable travail de fidélisation les incitera à effectuer un second achat et/ou à parler de votre boutique autour d’eux.

Pour résumer : l’acquisition de nouveaux clients vous permettra d’amorcer les premières ventes à court terme, tandis que la fidélisation vous permettra de pérenniser la rentabilité de votre commerce à long terme. Ne délaissez surtout pas l’un de ces deux axes de travail !

Erreur n° 14 : bâcler vos contenus (et leur optimisation)

L’efficacité du contenu pour vendre en ligne a fait couler beaucoup d’encre, et à juste titre.

En effet, la rédaction d’articles de blog sur un site e-commerce présente de nombreux avantages. L’impact d’un tel travail éditorial sur le référencement naturel vous permettra de gagner en visibilité, en trafic et, à long terme, en performance commerciale.

Toutefois, la publication de contenus sur votre site e-commerce doit répondre à de véritables exigences de qualité et de valeur ajoutée pour les internautes.

Une stratégie de content marketing ne s’improvise pas. Elle doit faire l’objet d’un plan d’action, d’un travail de recherche de mots-clés et d’un effort d’optimisation pour le référencement naturel.

Si vous souhaitez lancer votre propre production de contenus, vous gagnerez donc à formaliser le processus de rédaction et le calendrier des publications pour qu’elle puisse porter ses fruits rapidement.

Erreur n° 15 : recopier le contenu de vos fiches produits sur le site de vos fournisseurs

Lorsque vous sélectionnez les produits de votre boutique en dropshipping, vous tombez généralement sur des fiches produits génériques conçues par les fabricants.

Faites le test : si vous retrouvez deux fois le même produit chez deux fournisseurs différents, il y a fort à parier que leurs fiches soient absolument identiques. Alors, pourquoi ne pas vous contenter de recopier ces fiches produits sur votre propre site ?

Certes, vous gagneriez du temps, mais vous auriez aussi beaucoup à perdre. La plupart des moteurs de recherche, Google en tête, sanctionnent les sites qui présentent un contenu dupliqué. Alors imaginez que votre boutique présente dix, vingt, trente, cent contenus dupliqués…

Par ailleurs, les fiches produits des fournisseurs sont le plus souvent axées sur les aspects techniques, purement fonctionnels. Or, pour vendre, une fiche produit ne doit pas seulement décrire l’objet de façon objective. Elle doit aussi évoquer des souvenirs, susciter l’envie, permettre à l’internaute de se projeter dans le moment où il utilisera votre produit.

Bannissez donc les contenus dupliqués, et remplacez-les par un storytelling bien trempé pour créer des fiches produits parfaites.

Erreur n° 16 : tout miser sur les réseaux sociaux (pour ne pas dire Facebook)

Les réseaux sociaux sont de formidables outils pour vendre, mais ils constituent aussi un piège fatal pour les e-commerçants qui s’en contentent.

En effet, de nombreux entrepreneurs lancent une boutique en ligne sans véritable plan de promotion ou de communication. Ils pensent que quelques publicités payantes sur Facebook suffiront à leur assurer un trafic satisfaisant et des ventes en pagaille. C’est entièrement faux, et même dangereux car cette philosophie vous fera dépenser de l’argent pour rien.

Vous gagnerez toujours à mobiliser les réseaux sociaux et Facebook pour soutenir vos ventes. En revanche, vous devrez les intégrer à un plan marketing plus global qui comprendra d’autres leviers commerciaux, comme le référencement naturel ou le street marketing. Tous les moyens sont bons pour vendre en ligne : pourquoi n’en choisir qu’un ?

Erreur n° 17 : abandonner trop tôt

Ce piège ne concerne pas seulement les dropshippers, mais bien l’ensemble des entrepreneurs. Votre projet de boutique en ligne ne décolle pas, et vos ventes sont au point mort ? Ne vous découragez pas tout de suite.

Essayez encore un peu.

Continuez à proposer de nouvelles offres. Publiez des contenus frais et à forte valeur ajoutée.

Lamentez-vous un peu, aussi, si cela vous fait du bien, auprès de vos proches, de votre conjoint ou de votre poisson rouge.

Poursuivez vos campagnes de référencement payant et de publicité sur les réseaux sociaux.

Travaillez, encore et encore, votre image de marque.

Et surtout, n’oubliez jamais : le site Amazon a mis environ dix ans à rapporter des bénéfices à son créateur… vous savez, l’homme le plus riche du monde (même après un divorce qui se chiffre à plusieurs milliards de dollars). N’abandonnez pas trop tôt !

Erreur n° 18 : choisir vos fournisseurs au petit bonheur la chance

Facile, de trouver un fournisseur en dropshipping ? Parfois : une simple recherche sur Google suffira pour répondre à cette question.

En revanche, choisir un BON fournisseur en dropshipping n’est pas si facile. C’est une véritable enquête que vous devrez mener pour trouver les meilleurs partenaires commerciaux sur votre marché.

Vous devrez ainsi vous assurer de collaborer avec des grossistes fiables, dont les stocks peuvent supporter d’importants volumes de vente. Vérifiez que les délais de livraison sont bien respectés, et que les produits sont conformes à leur description sur le site du fournisseur. La qualité de vos relations clients en dépend directement.

Erreur n° 19 : oublier de préparer un plan B en cas de défaillance des fournisseurs

Vous aviez choisi un fournisseur avec soin, et celui-ci vous fournit un produit phare, l’un de ceux que l’on vend le mieux et le plus vite. Oui, mais voilà : ce fournisseur vous lâche, parce qu’il a écoulé son stock ou parce que le produit en question ne génère plus assez de ventes pour être rentable. Que faire ?

Deux cas de figure : soit vous avez préparé votre plan B en amont, et vous voilà déjà prêt à rebondir, soit vous ne l’avez pas fait. Et autant vous dire que le second cas de figure n’annonce rien de bon.

Faute de plan B, vous devrez déclarer une rupture de stock sur votre site, vous perdrez probablement plusieurs clients et vous perdrez un temps fou à chercher un nouveau fournisseur en urgence, sans avoir celui de vérifier sa rigueur et son sérieux.

Pensez donc à préparer ce plan B sans plus attendre, aujourd’hui, dans l’heure s’il le faut : la survie de votre boutique en dropshipping pourrait bien en dépendre.

Et si vous ne savez pas où trouver le meilleur fournisseur pour votre boutique en ligne, n’oubliez pas de consulter l’annuaire DROPSHIPFRANCE, mais aussi d’y inscrire votre site e-commerce : vous pourriez bien y faire la rencontre qui va changer votre vie (commerciale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *